Manuel des tunnels routiers

Vous êtes ici

4.1. Les tâches d'exploitation

En règle générale, les tunnels sont considérés comme étant des parties du réseau routier en mesure d'assurer un niveau de sécurité comparable, voire supérieur, à celui du réseau à l'air libre. Toutefois, les éventuelles conséquences d'incidents particuliers (panne, accident ou incendie) peuvent s'avérer bien plus graves dans les tunnels qu'à l'air libre. De plus, les tunnels étant très souvent des points de passage obligatoires, et pouvant former des goulots d'étranglement du réseau, chaque fermeture totale ou partielle peut entraîner des perturbations majeures du trafic ou peut obliger les usagers à parcourir de longues distances sur des itinéraires alternatifs.

En raison de cela, les exploitants et les autorités routières doivent assurer la continuité d'exploitation et la sécurité des tunnels routiers. Par conséquent, il est de leur devoir de garantir aux usagers traversant le tunnel un niveau de qualité de service et de sécurité en parfaite conformité avec les exigences réglementaires en vigueur.

Conformément aux réglementations nationales, les exploitants de tunnels et la police routière doivent gérer le trafic dans les tunnels (et sur la route où se situe le tunnel). Ils doivent notamment gérer la sécurité à l'intérieur du tunnel pour les usagers et le personnel travaillant à l'intérieur du tunnel (personnel d'exploitation, sous-traitants, etc.). Dans plusieurs pays, le processus global de gestion et de surveillance du trafic est géré par la police routière, alors que l'exploitant est responsable des tâches d'exploitation telles que la maintenance, l'exploitation des équipements du tunnel, la surveillance du trafic ou les services d'assistance aux usagers.

En règle générale, les tâches habituelles des exploitants sont :

  • La surveillance du trafic et l'exploitation des équipements du tunnel 
    Les grands tunnels (en termes de longueur, de densité de trafic et de complexité du tunnel) sont généralement gérés par un centre de gestion du trafic. Très souvent, ce centre de gestion est équipé de systèmes de surveillance à distance (par exemple : télésurveillance, détection automatique d'incidents) et il peut commander à distance certains équipements (ventilation, signalisation, fermeture du tunnel, etc.).
  • La surveillance par des patrouilles
    Dans certains cas, l'exploitant peut également déployer des patrouilles qui peuvent assurer une surveillance directe des usagers en patrouillant dans les tunnels. Ces patrouilles peuvent intervenir très rapidement en cas de besoin.
  • La gestion du génie civil
    Il s'agit d'une surveillance permanente de la structure du génie civil de l'ouvrage par des contrôles et des inspections réguliers. Il s'agit également d'effectuer un entretien régulier des installations telles que les systèmes d'évacuation, les caniveaux et toutes les structures secondaires (locaux à l'intérieur du tunnel, locaux techniques, etc.).
  • La gestion des équipements
    Dans les grands tunnels, l'exploitant dispose de plusieurs types d'équipement qui, en phase d'exploitation, sont placés sous son propre contrôle. De fait, les tunnels sont également équipés de systèmes qui permettent à l'exploitant de surveiller l'état des équipements. L'exploitant doit également gérer la maintenance des équipements installés dans le tunnel. Là encore, il est possible de faire appel à des outils informatisés pour l'aider à effectuer cette tâche.
  • La gestion des situations d'urgence
    Quelle que soit la nature de l'accident, qu'il s'agisse d'un problème relatif au trafic (accident, carambolage, incendie, etc.) ou aux équipements (coupure de courant, dysfonctionnement du réseau de transmission des données, etc.), il incombe à l'exploitant en charge de la surveillance d'intervenir ou d'informer/de dépêcher le service/l'autorité compétent(e).
  • La gestion technique et administrative
    Outre les tâches directement liées à l'exploitation du tunnel, l'exploitant assure les tâches techniques et administratives qui sont à la base de la gestion des infrastructures et, bien sûr, du personnel. L'exploitant est chargé de la mise en place des interventions techniques, de la direction des travaux, de l'investissement et des budgets d'exploitation, en vue du bon fonctionnement du tunnel. Enfin, l'exploitant gère également les statistiques et veille à la réalisation de ses propres objectifs en préparant des rapports périodiques sur l'exploitation du tunnel/de la route (indicateurs financiers, indicateurs de trafic, etc.).

Le Rapport technique 05.13.B "Guide de bonnes pratiques pour l'exploitation et l'entretien des tunnels routiers" traite ce sujet dans les parties 2 et 4.

Références

No reference sources found.