Manuel des tunnels routiers

Vous êtes ici

2.3. Leçons tirées d'accidents passés dans les tunnels

Des informations sur les incidents en tunnel, ainsi que sur les leçons qui en ont été tirées, ont été fournies par divers rapports du Comité AIPCR de l'exploitation des tunnels routiers. Des rapports antérieurs présentent un recensement statistique des pannes, collisions et incendies dans un certain nombre de tunnels, ainsi que les leçons à tirer de tels événements pour la conception géométrique du tunnel, la conception des équipements de sécurité et les consignes d'exploitation. Ils constituent un ensemble de données d'importance essentielle pour les ingénieurs et les décideurs impliqués dans la conception des tunnels :

Des informations bien-structurées et fiables en matière d'incidents dans les tunnels routiers sont d'un enjeu important. Ils peuvent servir par exemple de données d'entrée pour une analyse de risques quantitative ou de justification d'améliorations à apporter aux systèmes et aux procédures de sécurité. Ces sujets sont abordés de façon systématique dans le rapport technique 2016R35FR "Retour d'expérience en matière d'incidents significatifs dans les tunnels routiers".

Les incendies dans les tunnels du Mont Blanc, des Tauern etdu St Gothard(1999 et 2001) ont conduit à une plus grande prise de conscience de l'impact possible des incidents dans les tunnels. La probabilité qu'un incident se transforme en un événement très grave est faible, mais les conséquences d'un tel événement peuvent être considérables en termes de victimes, de dommages à la structure et d'impact sur l'économie du transport.

Tableau 2.3-1 : Incendies depuis 1950 dans des tunnels routiers avec 5 morts ou plus (causés par l'incendie ou l'accident préalable)
Année Tunnel Longueur Nombre tubes Victimes
1978 Velsen (Pays Bas) 770 m 2 5 morts et 5 blessés
1979 Nihonzaka (Japon) 2 km 2 7 morts et 2 blessés
1980 Sakai (Japon) 460 m 2 5 morts et 5 blessés
1982 Caldecott (USA) 1,1 km 3 7 morts et 2 blessés
1983 Pecorile (près de Gêne, Italie) 660 m 2 9 morts et 22 blessés
1996 Isola delle Femmine (Italie) 148 m 2 5 morts et 20 blessés
1999 Mont-Blanc (France - Italie) 11,6 km 1 39 morts
1999 Tauern (Autriche) 6,4 km 1 12 morts et 40 blessés
2001 Gleinalm (Autriche) 8,3 km 1 5 morts et 4 blessés
2001 St. Gotthard (Suisse) 16,9 km 1 11 morts
2006 Viamala (Suisse) 750 m 1 9 morts et 6 blessés

Un tableau plus complet peut être trouvé dans le Tableau 2.1 "Incendies graves dans les tunnels routiers" du rapport 05.16.B.

Ces catastrophes ont montré le besoin d'améliorer la préparation à la crise, ainsi que la prévention et le contrôle des conséquences des incidents en tunnel. Ceci peut être réalisé par des critères de sécurité lors de la conception des nouveaux tunnels et par la gestion efficace et l'amélioration éventuelle des tunnels en service, ainsi que par une information améliorée et de meilleures communications avec les usagers des tunnels. Les conclusions tirées de l'enquête sur l'incendie du tunnel du Mont Blanc ont été que des conséquences mortelles pourraient être considérablement réduites par :

  • une organisation plus efficace des services d'exploitation et de secours (procédures d'urgence harmonisées, plus sûres et plus efficaces, en particulier pour l'exploitation transfrontalière),
  • un personnel mieux formé,
  • des systèmes de sécurité plus efficaces,
  • et une plus grande prise de conscience de la part des usagers (conducteurs de voitures et de camions) en ce qui concerne la façon de se comporter dans des situations d'urgence.

Une description détaillée des incendies du Mont Blanc, des Tauern et du Gothard, incluant la configuration originelle des tunnels et une description étape par étape de l'incident, de la progression du feu et du comportement des opérateurs, des services de secours et des usagers, ainsi que les leçons à tirer, peut être trouvée dans le Chapitre 3 "Enseignements tirés des incendies récents en tunnel" du rapport 05.16.B. Les leçons tirées sont récapitulées dans le tableau 3.5 de ce rapport. Une information semblable est fournie à la page 24 de la revue Routes/Roads 324 "Analyse comparative des incendies des tunnels du Mont-Blanc, des Tauern et du Gothard" (Oct. 2004)

Toutefois, de tels évenements sont rares et souvent dûs à de cironstances particulières. Ainsi, une analyse systématique d'incidents moins grâves mais plus fréquents (collisions et incendies) peut fournir un vision plus représentative d'incidents réels en tunnel. L'annexe 5 du rapport technique "Retour d'expérience en matière d'incidents significatifs dans les tunnels routiers" fournit une liste de 32 incidents réels en tunnel avec pour chacun une courte description et les leçons importantes à en tirer. Ce rapport présente également des données statistiques issues de nombreaux pays sur les collisions (Chapitre 3) et sur les incendies en tunnel (Chapitre 4). Les bases de données utilisées pour les calculs sont incluses dans l'Annexe 3 (Collisions) et l'Annexe 4 (Incendies). Le Chapitre 5 fournit des exemples de conclusions intéressantes issues d'informations sur des incidents réels.

Après l'incendie du 24 mars 1999,le tunnel du MontBlanc a nécessité une rénovation très significative avant de pouvoir être rouvert à la circulation. Le système de ventilation a constitué une partie significative du travail de conception de la réhabilitation - une description du dimensionnement, de l'exploitation automatique et des essais d'incendie en vraie grandeur peut être trouvée à l'Annexe 12.2 "La rénovation du tunnel du Mont-Blanc" du rapport 05.16.B

L'Annexe 8 "Austrian statistical study of 2005: Comparative Analysis of Safety in Tunnels, during 1999-2003 period" du rapport 2009R08 présente une comparaison de la sécurité routière des tunnels sur autoroutes et routes express avec la sécurité sur d'autres types de routes, ainsi que de la sécurité routière dans les tunnels à trafic bidirectionnel avec la sécurité dans les tunnels à trafic unidirectionnel.

Références

No reference sources found.