Manuel des tunnels routiers

Vous êtes ici

9.1. Le comportement au feu des matériaux

Les matériaux utilisés dans la construction des tunnels doivent posséder une résistance au feu suffisante pour assurer leur intégrité pendant l'évacuation et la lutte contre l'incendie.

Le Paragraphe VII.3 "Réaction au feu des matériaux" du rapport technique 05.05.B "La Maîtrise des Incendies et des Fumées dans les tunnels routiers" traite des propriétés au feu des matériaux utilisés dans les tunnels et indique que les caractéristiques définies pour les matériaux devraient inclure les exigences couvrant leurs propriétés au feu. Les propriétés souhaitables sont:

  • une faible inflammabilité, réduisant ainsi la vitesse de progression de l'incendie;
  • un faible dégagement de chaleur, ce qui réduit la taille de l'incendie et donc, l'impact sur la structure et la sécurité des personnes; et
  • la minimisation ou l'élimination des produits toxiques d'un incendie.

Il est impossible d'empêcher la génération de gaz par l'incendie, mais les risques peuvent être réduits par le choix des matériaux ainsi que par la conception des dispositifs de sécurité tels que les issues de secours qui peuvent réduire l'exposition au risque. Les propriétés des matériaux de revêtement des parois sont aussi à examiner, y compris les carrelages et peintures, les traitements d'étanchéité ou encore le matériel d'éclairage. Les caractéristiques définies pour de tels matériaux devraient aussi comporter des exigences en matière de comportement au feu.

La possibilité que des matériaux puissent produire des substances chimiques corrosives ou toxiques pendant la combustion, et que ces substances puissent pénétrer la surface du béton pour être à l'origine d'une corrosion ultérieure doit être prise en considération. Ceci s'applique également aux éventuels revêtements. Dans le cas des fibres de polypropylène utilisées pour réduire le risque d'écaillement, la question de la pérennité du béton à la suite d'un incendie majeur doit être prise en considération du fait d'une porosité accrue au sein du béton là où les fibres ont fondu, entraînant une plus grande vulnérabilité à la carbonatation ou aux attaques de chlorures.

Les chaussées sont composées de béton de ciment ou d'asphalte. L'Article Route/Roads intitulé "Effets de la chaussée sur les incendies dans les tunnels routiers" (R/R 334 - 2007) traite des propriétés de ces matériaux du point de vue de la sécurité incendie. Parmi ces matériaux, seul le béton de ciment n'est pas combustible et ne soulève aucune question quant à son utilisation en tunnel. Néanmoins; les études et les expériences d'incendies réels ont démontré que, pendant les phases où la sécurité des personnes est en jeu, l'asphalte ne contribue pas de manière significative à la taille de l'incendie (pour la puissance de l'incendie et pour la charge combustible totale) dans le cas d'un incendie de tunnel routier. Les revêtements drainants ne sont pas recommandés en tunnel car toute fuite de carburant serait stockée en-dessous de la surface de la chaussée.

Références

No reference sources found.