Manuel des tunnels routiers

Vous êtes ici

7.1. Issues de secours

Des issues de secours sont aménagées dans tous les tunnels (à l’exception des tunnels très courts) pour permettre aux usagers de rejoindre à pied, en cas d’incendie, un espace sûr après s’être enfuis de l’espace réservé à la circulation. Pour les tunnels très courts, les têtes de tunnel remplissent cette fonction d’issue de secours. Dans la plupart des tunnels les issues de secours (complémentaires aux têtes de tunnel) sont indispensables pour limiter la distance que les usagers ont à parcourir pour atteindre une zone dans laquelle ils sont en sécurité.

Les issues de secours peuvent être aménagées de différentes manières, et notamment :

  • galeries ou passages connectant les tubes (accessibles aux piétons et pour partie aux véhicules légers). Dans les tranchées couvertes ces connexions sont en général assurées par un passage, équipé d’une porte, aménagé dans le mur séparant les deux espaces de circulation. Pour les tunnels forés, les deux tubes sont situés à une certaine distance l’un de l’autre, et la connexion est assurée par une galerie forée équipée de portes à ses deux extrémités.
  • simples accès à des abris dans lesquels les usagers peuvent se réfugier et être en sécurité pendant la durée de l’incendie. Il est toutefois indispensable que ces abris soient reliés à l’extérieur, soit directement, soit par l’intermédiaire d’une galerie d’évacuation afin de permettre dans un second temps l’évacuation des usagers sous le contrôle des pompiers. Ces abris sont confinés et dotés d’une alimentation indépendante en air frais, d’un poste téléphonique d’appel de secours, et d’équipements de premier secours. L’aspect psychologique de l’utilisation des abris doit être pris en compte dans leur conception, ainsi que dans les procédures de leur utilisation (voir le Rapport 2008R17 "Facteurs humains et sécurité dans les tunnels routiers du point de vue des usagers" ),
  • galeries d’évacuation construites parallèlement au tunnel routier, ou parfois aménagées sous la chaussée, et conduisant à l’extérieur du tunnel, ou à un espace sécurisé,
  • galerie ou passage raccordant directement l’issue de secours à l’extérieur du tunnel ou vers un espace sécurisé. Ces passages sont contrôlés par des portes, et ne peuvent être en général aménagés que pour des tunnels à faible profondeur (tranchées couvertes par exemple),

La figure 7.1-1 montre le schéma type d’organisation des issues de secours pour un tunnel en circulation unidirectionnelle équipé d’une ventilation longitudinale.

Fig. 7.1-1 : Issues de secours d’un tunnel unidirectionnel à ventilation longitudinale

L’espacement entre les issues de secours dépend essentiellement:

  • du type de véhicules traversant le tunnel, qui détermine la nature des incidents susceptibles de survenir,
  • du volume de trafic et du nombre d’usagers susceptibles d’utiliser les issues de secours,
  • de l’aptitude de l’installation de ventilation à garantir les conditions adéquates permettant l’évacuation du tunnel,
  • des systèmes de détection d’incidents et d’avertissement,
  • des caractéristiques des galeries d’évacuation situées à l’aval des issues de secours et notamment : leurs dimensions, la présence de rampes ou pentes importantes, ou celle d’escaliers,
  • du comportement humain.

L’inter distance optimale entre deux issues de secours résulte de l’Analyse des Risques. Elle est généralement comprise entre 100 et 500 m.

Les dispositions suivantes doivent être prises en compte lors de la conception :

Fig. 7.1-2 : Issue de secours (tunnel du Mont Blanc : France - Italie)

  • les issues de secours doivent être signalées de façon très distincte, de façon à éviter tout risque de confusion avec les accès aux locaux techniques. La couleur des portes doit être analysée en relation avec la nature de l’éclairage du tunnel. Le plus souvent les « issues de secours » sont de couleur verte,
  • les portes et les ouvertures doivent être dimensionnées pour permettre le passage d’un débit important de personnes pendant une période assez courte. Elles doivent également permettre le passage des équipes de secours avec leurs équipements et les brancards,
  • les issues de secours doivent être visibles à partir de n’importe quelle position dans le tunnel et équipées d’une signalisation spécifique,
  • l’éclairage des accès, des seuils, ainsi que des espaces situés juste de l’autre côté de l’issue de secours doit être « accueillant » et conçu de façon à éviter les risques de chute ou de trébuchement des personnes,
  • les plots d’éclairage des bordures de trottoir ne doivent pas constituer un obstacle aux piétons,
  • les portes des issues de secours ne doivent pas être bloquées ou fermées à clef.

La figure 7.1-2 montre un exemple de conception d’une issue de secours.

Pour de plus amples informations concernant les « issues de secours » le lecteur est invité à se reporter au Rapport Technique 1999 05.05.B "Maîtrise des incendies et des fumées dans les tunnels routiers", ainsi qu'au Rapport Technique 2007 05.16.B "Systèmes et équipements pour la maîtrise des incendies et des fumées dans les tunnels routiers", qui présentent des informations plus récentes et plus détaillées.

Références

No reference sources found.